UN TROU DANS
LA RAQUETTE
St Médard-en-Jalles (33)
~ Résidence de recherche-action sur la vie en lotissements pavillonnaires
mai - septembre 2022
Mai 2, 2022
Et si Giscard n’avait pas autant aimé les Etats-Unis, quel serait le modèle pavillonnaire “à la Française” ?
Moquée et reléguée au titre de la « France moche » pour son caractère standard et inexceptionnelle, la France pavillonnaire connait dans les temps récents un regain d’intérêt. Tout d’abord politique avec l’occupation contestataire des ronds-points par les gilets jaunes. Mais également stratégique quand le péri-urbain est pris en tenaille entre la métropolisation et des terres agricoles et naturelles à sanctuariser comme dernier rempart face au dérèglement climatique (...).

Ce récit nous proposons de l’écrire avec ses usagers à travers une série d’hypothèses : ni ville ni village, l’habitat périurbain possède ses propres codes, ses propres rites et ses richesses cachées. Nous proposons à travers cette résidence de révéler son identité avec l’aide de ses usagers.
If a building becomes architecture, then it is art
Mai 27, 2022
Beauminé ? Vous avez dit Beauminé ?
« Beauminé ? Je ne sais pas où c’est… » dirent plus d’un Saint-Médardais.
Postés à l’entrée de la ville, nous avons décidé de nous donner pour règle oulipienne d’interroger chaque riverains que nous croiserions pour nous indiquer la direction du lotissement Beauminé.
L’objectif y est multiple : éprouver les axes routiers et la ville au rythme de la marche, appréhender la notoriété et la (mé)connaissance du lotissement de Beauminé par les habitants.
Si l’idéal pavillonnaire est palpable au printemps dès que l’on a quitté les voies routières principales, difficile d’en trouver la direction : pas vraiment une destination. Pourtant dès que l’on parvient à atteindre le centre d’une « raquette », on peut balayer d’un regard une vie de lotissement. Quelles vies et quels liens peuvent bien exister derrière ces clôtures ?

Afin de naviguer dans ce territoire, nous choisissons de prendre pour boussole l’histoire de Babou, la grand-mère de Johanna. Babou, elle a vécu parmi les meilleures années de sa vie à Saint-Médard-en-Jalles. Son seul regret : ne pas y avoir fait plus de bêtises ! Son Saint-Médard était ouvrier et champêtre. Dans son souvenir, on vendangeait à l'arrière des maisons des voisins et on ne fermait jamais les portes à clefs.
Les vignes du père de Marie-Claude Labattut
Depuis son départ en 1966, la ville a bien changé : en l'espace de quelques décennies, à la faveur du concours Chalandon, les constructions pavillonnaires ont progressivement absorbé l'espace agricole et forestier jusque-là présents entre les différents "quartiers". Mais alors, que reste-t-il du Saint-Médard d'antan ? Et qu'en est-il de l'utopie pavillonnaire portée par le maire de l'époque Monsieur Dussedat ?
Inauguration de Village Expo avec Monsieur Dussedat et Monsieur Chaban Delmas
J'ai réinventé le passé pour voir la beauté de l'avenir.
— Aragon
Au travers d'une enquête radiophonique, nous partons à la recherche des petites histoires dans la grande Histoire pour déceler les clés du "bon vivre" passé, et pourquoi pas futur ? À partir des récits glanés auprès des habitants, nous commençons à entremêler souvenirs, faits historiques et rêveries pour imaginer une nouvelle perspective pour l'habitat pavillonnaire et essayer de dépasser la plupart des critiques qui lui sont adressées. 
À partir des matériaux récoltés, nous sélectionnons une série d’hypothèses tangibles nous permettant de renouveler le regard des habitants porté sur le lotissement de Beauminé à partir de visions du passé. Parmi celles-ci :
  • Et si les 47 bars n’avaient pas fermés ?
  • Et si les lotissements étaient des destinations ?
  • Et si l’urbain n’avait pas tiré la couverture du rural ?
  • Et si le désir de sécurité n’avait pas tué le goût du risque et de la spontanéité ?
Avant de quitter les raquettes et de présager tous ses usages, nous faisons la rencontre de trois jeunes qui ne sont pas du quartier mais qui s’y retrouvent pour jouer et se prélasser dans l’herbe. Le discret lotissement du Beauminé et ses occupants n’a pas fini de nous étonner.
This site was made on Tilda — a website builder that helps to create a website without any code
Create a website